Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
christian-camerlynck.over-blog.com

À NOËLLE TARTIER, AU LIMONAIRE

17 Avril 2017 , Rédigé par christian-camerlynck.over-blog.com Publié dans #Chansons

Hier après-midi Dimanche de Pâques, Je suis allé au Limonaire.

Besoin d’y partager un verre avec les amis, les saltimbanques de passage, besoin d’échanger, de méditer.

Lolo c’était remis au Bar, Francesca faisait des pâtes dans la cuisine accompagnée au piano à gaz par Nathalie Fortin. l'équipe reconstituée pour quelques heures était là. Le monde arrivait, des que nous n’avions pas revu depuis longtemps, d’autres que nous avions vu la veille.

Il y a quelques jours, Noëlle, Nathalie Fortin et moi étions au nouveau concert de Jean Guidoni et nous y avons passé la soirée. Noëlle était fatiguée mais contente. En la raccompagnant chez elle, nous parlions chansons. J’ai rarement entendu Noëlle parler d’autre chose que de chansons, de poésie, de musique. Depuis quelques jours j’ai eu la grande chance de la voir hors les murs du Limonaire. Elle était spectatrice et pour cause, depuis quelques temps, Le Limonaire fonctionnait au ralenti.

C'était impressionnant de la voir ailleurs qu'au Limo et qui nous écoutait chanter, raconter. 

Nous, Nous étions là autant que faire se peut. On cherchait un autre lieu.

Jeudi dernier, quelques-uns étaient venus pour l’aider, comme chaque semaine. Elle a ouvert les portes et quelques minutes plus tard elle a perdu connaissance.

Quand on m’a raconté ce moment, j’ai osé une interprétation, Je n’ai pu m’empêcher de dire : « C’est magnifique » Elle a ouvert le Limonaire et ce n’est pas elle qui le fermera.

Jamais les témoins de ce moment n’oublieront que Noëlle a ouvert la porte du Limonaire. Jamais nous n’oublierons qu’elle est partie le matin de Pâques 2017, quelle ironie ! Elle nous laisse Le jour où on Rend Mémoire aux soldats, aux insoumis de 1917 du Chemin des dames. Léo avait « choisi » le 14 juillet, Noëlle le Dimanche de Pâques et les Cents ans de l'affreuse bataille du chemin des Dames.

Noëlle la discrète, a réussi à réunir des gens auteurs, compositeurs, interprètes, "cantautor", "chantauteur", poètes, passeurs de chansons populaires qui peut-être, sans le Limonaire, ne se seraient jamais rencontrés. NOËLLE a porté le lieu pour soutenir des artisans de la chanson de tous poils. Noëlle a reconstruit le Limonaire après un déménagement qui aurait pu être fatal, elle en a fait un lieu ou les jeunes pousses et les vétérans rendent la chanson Vivante.

Nous y allions pour chanter, pour entendre les autres chanter, pour découvrir les autres, partager un bon coup de bons vins. Elle a aussi réussi à fédérer des volontaires pour cuisiner, abreuver, parfois aussi rincer, éclairer, sonoriser, les saltimbanques et le public.

Bien sur Il y a le voisinage, et parmi les voisins il y eut, autre Ironie de la vie, l'ANPE des gens du spectacle, (étonnant non ?) mais pas seulement, il y a hélas, les Hôteliers, les charters à touristes.

Demain, les « hôtauliers » du quartier, le proprio du lieu, les voisins, désormais tranquilles, pourront visiter le désert de la Cité Bergère. Ils dormiront dans un coin de Paris où bientôt ne chanteront plus que les vendeurs de Hotdogs, de bouffe rapide, les moteurs de bus et de taxis qui feront visiter des façades, parmi lesquelles celle de l’immeuble où une plaque signalera peut-être : "Ici FUT le Limonaire Bistrot à Vins et à Chansons, porté sans relâche par Noëlle Tartier.                                                                                                                   Quand je pense à Noëlle, je pense aux mères qui accueillent Les compagnons bâtisseurs du tour de France.

Au Limonaire nous savions qu’elle était là et qu’elle était bien entourée, que nous y étions chez nous. Aujourd’hui la confrérie, notre famille est orpheline.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

JPL 18/04/2017 10:06

Merci, Ami.