Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
christian-camerlynck.over-blog.com

Sans folie que vaut la vie?

29 Mars 2012 , Rédigé par christian-camerlynck.over-blog.com Publié dans #Chansons

Christian-Camerlynck-spectacles 0061

Il y a quatre ans, nous nous sommes enfermés trois jours, à la grange de Pailly dans l’Yonne, pour graver 35  chansons. Elles qui ont accompagné mes jours et souvent mes nuits, du patrimoine ou inédites inédites . Je ne savais pas où nous allions...

Je ne pensais pas qu'il nous faudrait tout ce temps pour trouver les ressources et finaliser ce projet d'enregistrement. Aujourd'hui même, il m'arrive encore de me demander pourquoi nous l'avons fait? Pourquoi enregistrer des chansons du patrimoine.

La réponse est sans doute simple, pour partager avec vous des émotions. Sont elles aussi les votres?

Le disque est quelque chose de figé. C'est un produit de conserve. Certain recherche tellement la perfection du son qu'on n'entend plus la respiration du chanteur. Je me souviens d'avoir découvert dans un casque que j'avais branché sur ma chaine stéréo, la respiration et les gloussements vocaux (minuscules mais bien présents) de Pablo Casals jouant du violoncelle à la maison blanche j'en fus très très ému.

Je souhaitais donc, garder le plus d'authenticité, de vérité possible et tant pis pour les défauts!

.
J’ai demandé à Jean Paul Roseau de créer le climat musical. Je voulais que tout tourne autour de la musique, du piano. Il en est le centre comme dans les spectacles.  Mon travail de chanteur fut d’entrer dans l’interprétation musicale. Souvent c'est l'inverse qui se passe. C’est le chanteur qui décide du climat musical.  Nous voulions faire de la musique de chambre. Y sommes nous parvenus ? Je le pense.


On me demande souvent pourquoi je n'écris pas moi-même mes textes. D’abord parce que les chansons sont faites pour être chantées et rechantées... pourquoi réécrire des textes qui disent si bien ce que j'avais envie de dire? On ne demande pas à un comédien de réécrire le théâtre! Confronter des textes du patrimoine avec des textes d'aujourd'hui c'est aussi une démarche que j'aime et que j'ai toujours suivie.

J'ai choisi pour cela des chansons qui me semblent importantes, notamment des chansons de Jean Roger Caussimon, de Bernard Joyet, Henri Tachan, Léo Ferré, Romain Didier,  Anne Sylvestre, Laurent Sillano... et d'autres auteurs, j'ai aussi exprimé une colère dans un texte concernant l'Afrique.

Il est peu raisonnable d'enregistrer des Disques aujourd'hui. Je crois que le futur des chansons avec des mélodies, des textes bien écrits avec une dimension poétique, ce futur est dans l'artisanat. C'est à dire des CDS à tirage limité, à un prix de vente raisonnable entre 10 et 12 €. Il ne nous faut plus imaginer que nous seront dans des bacs FNAC, VIRGIN ou autres supermarchés culturels. Ces "institutions" vont un jour disparaître. A nous de réinventer, grâce à votre fidélité d'autres moyens plus modestes, plus riches de convivialité et de proximité.

Les difficultés actuelles ne doivent pas nous empêcher de rêver et d'avoir des projets.

J'en ai plein la mémoire... J'aurais aimé, par exemple, enregistrer un CD d'auteure, de femmes auteurs compositeurs. (Les femmes qui chantent, souvent ne chantent que des chansons écrites par des Hommes... pourquoi pas l'inverse?) Dire des textes en compagnie de musiciens... visiter des chansons autour de thèmes d'actualité...

Pour ces deux albums (comme disent les médias) j'ai eu la chance de partager ces moments avec: Renaud Fontanarosa, Laurent Aichhorn, Elizabeth Velty, Isabelle Gordien, Cathy Petit. Ils nous ont rejoints pour certaines chansons. Parmi ces amis, je veux souligner le souvenir de Guy Noël Le Corre, mes « oreilles », mon metteur en son. Il a aménagé la belle grange où nous étions. L’a transformé en lieu d’enregistrement, afin de capter ce qui sortait de nous « Ici et maintenant » comme si nous étions en représentation.

Je sais tout ce que je lui dois. Sans lui, jamais ces disques n'auraient vu le jour et de nombreux spectacles auraient été difficiles a créer.

img015

Le temps passé à rechercher les moyens de la production a sans doute été nécessaire pour permettre  une autre bien belle rencontre, avec Philomène Chevreau, elle m’a permis de pouvoir réaliser un rêve, faire des livrets et pochettes des albums qui évoquent les voyages que Laurent et moi avons réalisés de par le monde et de les mettre en parallèle avec les chansons. Les chansons que je chante m’accompagnent partout où je vais.

Je souhaitais partager avec  le public, les visages rencontrés qui sont avec moi sur scène. Grâce à son beau travail ce fut possible.

Un merci tendre  à Laurent Sillano avec qui je partage tout, et aujourd’hui, la production de ces deux enregistrements.

Un énorme merci à ceux qui ont souscrit et à leur patience, à vous qui m'accompagnez, j'espère que vous répondrez encore présents et que vous accepterez de continuer ce chemin avec moi.

Nous savons que c’est folie aujourd’hui de graver 1000 exemplaires de CD, mais sans folie que vaut la vie?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article