Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
christian-camerlynck.over-blog.com

Orlando colère et chagrin.

13 Juin 2016 , Rédigé par christian-camerlynck.over-blog.com Publié dans #Politique

Un prétendant à la présidence des USA déclare "il y a eu un incident à Orlando » IL TROMPE SON MONDE

À ma connaissance de la langue un incident est Technique. Donc un assassinat, de 49 personnes et 53 blessés, ce n'est pas un incident. L'UEFA qui fait jouer les HYMNES NATIONAUX AVANT CHAQUE COMPÉTITION, qui se prétend Apolitique, mais qui en soudoie quand même quelques uns des politiques, dit qu'IL EST IRRÉALISTE DE s'incliner devant les victimes, et réclamer une minute de silence.

Le Président de la République Française parle de l’Homosexualité comme d’un Choix de vie ? Vivre en concubinage est un choix de vie Monsieur le Président mais assumer sa différence Comme un être humain qui aime Son pareil, Homme ou Femme ou Genre n’est pas un choix Monsieur le Président. A votre âge il est temps que vous vous informiez auprès de gens compétents.

Sarkozy parle de drame, sans nommer l'Homophobie.

Dans l’Hebdo Marianne il y a un très pertinent commentaire:

"Géométries variables", peu de gros titres de nos quotidiens ont caractérisé les victimes ou la nature de l'attentat. "Attentat islamiste à Orlando, la terreur et la haine", écrit Le Figaro, "Tuerie de masse dans une boite de nuit en Floride", affiche L’Humanité, "Les États-Unis frappés par la pire tuerie de leur histoire", indiquent Les Échos. Seul Sud Ouest appelle un chat un chat : "Un massacre homophobe lié à Daech".

Ces faits, les mauvais ou INCOMPLETS commentaires, l’ASSASSINAT de 49 personnes sans compter les blessés, dans un lieu importants pour les Gays, m’incitent à réagir avec les moyens qui sont les miens, La chanson, le spectacle. Je sais que cela choquera certains. Je me sens moi-même attaqué dans mon être. Surtout ne me dites pas qu’il faut que je sois discret. Qu’il s’agit d’intimité. NON IL S’AGIT DE POLITIQUE, DE DROITS HUMAINS. UN POINT C’EST TOUT. Nous nous taisons trop, beaucoup trop. Les pendaisons pour Homosexualité, les mauvais traitements des personnes Gays et Transgenres partout dans le monde, l’Hypocrisie de certains politiques, des religieux ÇA SUFFIT. Nous avons des moyens de lutter pacifiquement, économiquement et nous ne le faisons pas.

Alors avec mes modestes moyens « JE CHANTE EXCUSEZ-MOI! » (Anne Sylvestre)

VOICI LE TEXTE DE LA CHANSON DE ROMAIN DIDIER QUI EST DANS MON SPECTACLE PARLEZ-MOI DE VOUS ET LA TRADUCTION EN ESPAGNOL.

LETRAS EN FRANCES Y EN ESPANOL EN HOMENAGE A LAS VICTIMAS DE ORLANDO.

A QUOI CA TIENT

Je n’ai jamais aimé l’école

L’odeur du cuir, les heures de colle

Les résumés d’histoire de France

J’étais un vieil enfant trop sage

Qui f’sait semblant de faire son âge

Parmi les loups sans élégance

J’avais dans la tête une fleur

Dont les pétales faisaient peur

C’est pas facile de vivre avec

Allez savoir à quoi ça tient

De naître noir ou blond ou brun

Ou d’être gay…

J’ai passé ma p’tite enfance

Avant l’âge des préférences

Entre marelles et jeux de billes

J’ai eu des amours enfantines

J’ai même fait docteur en méd’cine

Pour voir sous les jupes des filles

Je dessinais des mannequins

Sur des feuilles de papier dessin

Des seins de femmes

Des hanches de mec

Je passais les fringu’s de ma mère

Et ses pinceaux sur les paupières

Je divaguais

J’ai découvert avec les hommes

La chair et les pépins de pommes

Le réconfort de l’âme frère

J’ai connu le regard hostile

Des bien-pensants des imbéciles

Et le mépris majoritaire

Le jour où mon père l’a su

Le ciel lui est tombé dessus

C’était vingt ans d’foutus ou presque

Entre la tendresse de ma mère

Et les silences de mon père

Je naviguais

Et puis un jour on ’d’vient adulte

On n’entend mêmes plus les insultes

On n’a plus trop de temps à perdre

Alors tous ceux qui privent de ciel

L’amour au masculin pluriel

On n’a pas l’choix on les emmerde

Depuis je cueille les fleurs du mâle

Heureux de vivre en diagonale

Comme un fou sur son jeu d’échecs

Allez savoir à quoi ça tient

De naître noir ou blond ou brun

Ou d’être gay


A QUE CA TIENE

Nunca me ha gustado a la escuela

El olor del cuero, las horas de pegamento

Los resúmenes de historia de Francia

Era un viejo niño demasiado sabio

Quién hacía que parecía su edad

Entre los lobos sin elegancia

Tenía en la cabeza una flor

Que los pétalos daban miedo

No es fácil vivir con esto

Vaya saber a que eso tiene

Nacer negro o rubio o marrón

O de ser gay…

Pasé mi pequeña infancia

Antes de la edad de las preferencias

Entre rayuelas y juegos de bolas

Tuve amores infantiles

Jugué incluso a doctor en medicina

Para ver bajo las faldas de las muchachas

Dibujaba maniquíes

Sobre hojas de papel dibujo

Senos de mujeres

Caderas de macho

Pasaba los vestidos de mi madre

Y sus pinceles sobre los párpados

Divagaba

Descubrí con los hombres

La carne y las pipas de manzanas

El consuelo del alma hermano

Conocí la mirada hostil

De los Conservadores, de los imbéciles

Y el menosprecio mayoritario

El día en que mi padre lo supo

El cielo cayó arriba

Esto casi se ponían veinte años de puesto o casi

Entre la ternura de mi madre

Y los silencios de mi padre

Navegaba

Y luego un día uno se convierte a ser adulto

No se entienden mismos más los insultos

No se tiene ya demasiado tiempo que perder

Entonces todos los que privan de cielo

El amor al masculino plural

No se puede elegir, se los jode

Desde mi recolección las flores del varón

Feliz de vivir en diagonal

Como un loco sobre su juego de fracasos

Vaya a saber a que eso tiene

Nacer negro o rubio o marrón

O de ser gay

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article